Une fusillade est en cours à une heure de Los Angeles, selon les pompiers de la ville. Il y aurait entre un et trois tireurs.

Une fusillade est en cours à San Bernardino, à une heure à l'est de Los Angeles, selon un tweet des pompiers de la ville qui parlent de 20 victimes. La fusillade a éclaté dans un centre d'aide aux personnes handicapées, près d'un terrain de golf, dont un employé a expliqué à l'Agence France-Presse avoir reçu ordre des autorités de suspendre toute activité. Le journal USA Today, parle d'une trentaine d'otages dans un bâtiment. Un reporter de NBC évoque quant à lui trois morts parmi la vingtaine de victimes.

"Les pompiers de San Bernardino interviennent à la suite d'informations selon lesquelles il y aurait eu 20 victimes lors d'une fusillade", selon ce message posté sur Twitter par le compte des pompiers de la ville. Egalement sur Twitter, la police de San Bernardino "confirme qu'il y a un tireur en activité". Le président Barack Obama a été informé de la situation et a demandé à être tenu au courant des développements, a indiqué un responsable de la Maison Blanche. Hillary Clinton et Donald Trump ont également réagi sur Twitter.

Selon les informations du Los Angeles Times, il y n'y aurait pas un mais trois tireurs. Les assaillants seraient lourdement armés et porteraient peut-être des gilets par balles. A en croire CBS, une personne pourrait avoir fui à bord d'une voiture noire, mais les autorités n'ont pas confirmé. Par ailleurs, toujours selon le média américain, une équipe de déminage est arrivée pour désamorcer un engin explosif. La shérif adjointe de San Bernardino County, Olivia Bozek, confirme qu'il y en a entre 1 et 3 suspects, et qu'aucun d'entre eux n'a été arrêté. Ils auraient fuit à bord d'un 4x4 GMC Yukon noir.

Cette fusillade intervient moins d'une semaine après une autre fusillade dans l'ouest des Etats-Unis lorsqu'un homme était entré dans un centre de planning familial du Colorado et avait abattu trois personnes, dont un policier, et blessé plusieurs autres, avant d'être arrêté.

Lepoint.fr