Une initiative que l’on souhaiterait voir se renouveler un peu partout au Maroc. Une femme d’affaires vient d’annoncer la construction, avec ses premiers deniers, d’un lycée dans une commune rurale d’Ouled Fares, dans la région de Settat.

 

La convention portant sur ce projet a été signée vendredi entre la province de Settat, la direction provinciale de l’Education nationale et Najia Nadhir, rapporte la Map, qui précise qu’elle va mettre sur la table 12 millions de dirhams pour le financement de ce projet.

Elle va également débloquer la somme d’un million de dirhams pour financer les travaux de réfection d’une école primaire, consistant en le remplacement de trois salles de classe « en préfabriqué, la construction de nouvelles salles, dont une dédiée au préscolaire, et de quatre blocs sanitaires, ainsi que la restauration du mur de clôture et de la cour de récréation », ajoute la Map.

La construction par des citoyens d’école « devra inspirer les autres citoyennes et citoyens nantis, parce que cela équivaudrait à la construction d’une mosquée au vu de ses bienfaits pour la jeunesse de la région, qui est la pierre angulaire et l’espoir de notre pays », explique un responsable local cité par l’agence de presse.

bladi