Après avoir été longtemps diabolisé pour ses « mauvaises graisses », le beurre a récemment retrouvé les faveurs des nutritionnistes. Mais à quelles conditions est-il bénéfique ?

 

Une étude de 2016 de l'université Tufts de Boston (États-Unis), recoupant neuf études menées sur 640.000 personnes, conclut que la consommation d'environ 14 g de beurre par jour n'augmente pas le risque de décès par maladie cardiovasculaire. Une autre étude publiée dans The Lancetavance même que les graisses sont liées à une réduction de la mortalité, alors que les régimes riches en glucides, au contraire, augmenteraient les risques. Le beurre est en outre une source de calcium (18 mg/100 g) et de vitamine D, indispensable à la préservation du capital osseux. Une portion de 20 g couvre aussi 20 % des apports recommandés en vitamine A, qui participe à une bonne qualité de peau, renforce le système immunitaire et qui est indispensable à la croissance cellulaire.

 futurasciences