Yawatani
Dans le Coran , Allah, Gloire à Lui , dit:
 
« Dis : 'Si vous aimez vraiment Dieu, suivez-moi, Dieu vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. » Sourate 3, verset 31.
قُلْ إِن كُنتُمْ تُحِبُّونَ اللّهَ فَاتَّبِعُونِي يُحْبِبْكُمُ اللّهُ وَيَغْفِرْ لَكُمْ ذُنُوبَكُمْ وَاللّهُ غَفُورٌ رَّحِيمٌ
 
« ..Or les croyants sont les plus ardents en l'Amour de Dieu… » Sourate 2, verset 165.
وَمِنَ النَّاسِ مَن يَتَّخِذُ مِن دُونِ اللّهِ أَندَاداً يُحِبُّونَهُمْ كَحُبِّ اللّهِ وَالَّذِينَ آمَنُواْ أَشَدُّ حُبّاً لِّلّهِ
 
Dieu fera bientôt venir des hommes : Il les aimera, et eux L'aimeront. ( Coran V, 54 )
يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ مَن يَرْتَدَّ مِنكُمْ عَن دِينِهِ فَسَوْفَ يَأْتِي اللّهُ بِقَوْمٍ يُحِبُّهُمْ وَيُحِبُّونَهُ
La sainte pieuse Râbi’a Al-‘adawiyya (m 185 H), grande figure de l’Amour de Dieu ,a dit : « Entre l’amant et le bien-aimé, il n’y a pas de distance, ni de parole, que par la force du désir, ni de description, que par le goût. Qui a goûté, a connu. Et qui a décrit ne s’est pas décrit. En vérité, comment peux-tu décrire quelque chose, quand en sa présence tu es anéanti ? En son existence, tu es dissout ? En sa contemplation, tu es défait ? En sa pureté, tu es ivre »
 
En partant de la tradition coranique et de la pratique du dernier Messager Sidna Mohammad paix et salut sur lui, on se rend compte que le message prédominant pendant toute la première période mecquoise qui dura 13 ans était: l'amour,la cohésion,l'accord et l'entente mutuelle entre les composants divers de la société où régnait encore la discrimination et la loi des plus forts... Faire connaître et faire aimer Dieu des serviteurs : était l'objectif principale de la période (et versets) mecquoise (période de Da'wa) : car on ne pourra obéir (correctement) à ce qu'on ne connaît pas. A un tel point que le prophète lui même (paix et salut sur lui) a fraternisé la population mecquoise qui a fuit la maltraitance et la persécution des notables Quraychites, avec les médinois (Ansâr) qui se sont montrés très accueillant: au point qu'il ont partagé tous leurs biens avec ces émigrés (période de Dawla : état).... L'amour partagé était tel que dans les mosquées quand un pilier séparait deux compagnons chacun se précipitait après la fin de la prière pour prendre son compagnon dans ses bras... Il en était de même dans la vie mondaine l'un pouvait se priver pour donner à l'autre en se sentant heureux de pouvoir venir en aide à son frère... Allah nous informe dans le Hadîth qudsî que ceux qui s'aiment en Lui (pour Lui) : Il les mettra sous Son ombre, le jour où il n' y aura plus d'ombre si ce n'est Son ombre... Le Coran dans plusieurs versets valorise les êtres (jusqu'à rendre toute vie sacrée, la vie humaine provient de Dieu 'de Son esprit'), et le Coran et la tradition incitent les croyants à s'aimer , à s'entendre et à s'entraider.... Le Coran incite aussi toute l'humanité à échanger (de la meilleur façon) et se connaître: «O hommes, Nous vous avons créés d'un homme et d'une femme, et nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez»(Coran,49, verset 13). « Il lui donna sa forme parfaite (à l'homme) et lui insuffla de Son esprit » (Coran, 32, verset 9).
 
L'amour :
'L'amour le plus indispensable, le plus élevé et le plus sublime est l'amour de Celui pour qui les coeurs s'inclinent naturellement d'amour, que les créatures aspirent spontanément à adorer. Allah est adoré pour Lui même sous tous les rapports tandis qu'autrui n'est aimé qu'accessoirement par rapport à Son amour. En effet, Son amour est attesté par tous Ses livres révélés, par l'appel de tous Ses envoyés, par la disposition originelle et l'intelligence qu'Il a placé en Ses créatures, et par Ses Bienfaits en leur faveur. En fait, si les coeurs s'inclinent en général à aimer leur bienfaiteur, qu'en est-il de Celui qui est le Dispensateur suprême de toute faveur ... Si les coeurs s'inclinent vers l'amour de toute chose belle qu'en est-il de Celui qui a créé la ' beauté ' ?. ' Al Ghazali
 
Le vrai amour est celui pour Dieu l'éternel et tout ce qui s'y rapporte : on raconte qu'un saint rencontra un jour une personne qui pleurait amèrement en se recueillant sur une tombe...Il lui dit : « pourquoi pleures tu ? » La personne répond : « tu ne peux pas comprendre, c'est très dure ! J'ai perdu quelqu'un qui m'était très cher et que j'aimais beaucoup » Le saint répond : « Si tu avais aimé Celui qui ne meurt jamais, tu n'aurais guère souffert à cause de Son amour (de l'éloignement) »
L’amour est le fait d’être attiré par une chose désirable, mais si cela devient une certitude et atteint une force, cela s’appelle la spire d’amour (‘Ishq). Celui qui aime devient le compagnon de son bien aimé et dépense pour lui ce qu’il possède. N’as-tu pas entendu parlé de Zoulîkhâ , elle avait atteint un tel degré d’amour pour Josèphe (que la paix soit sur lui) qu’elle a abandonné ses biens et sa beauté. Elle possédait de bijoux et de diamants la mesure de 70 chameaux. Elle a ainsi tout dépensé pour l’amour de Josèphe, à chaque fois que quelqu’un lui disait qu’il a vu Josèphe, elle lui donnait un bijou (collier) qui le rendait suffisamment riche, jusqu’à ce qu’elle perdit tout bien ! Elle appelait toute chose du nom de Josèphe ! Elle a oublié toute chose en dehors de Josèphe, anéantit en lui par l’excès d’amour qu’elle avait pour lui, quand elle levait les yeux vers le ciel, elle voyait le nom de Josèphe inscrit sur les astres ! Mais lorsqu’elle cru en Dieu, elle épousa Josèphe, elle s’isola pour l’Adoration de Dieu, il lui demandait de partager sa couche le jour, elle le repoussait au soir et le soir, elle le repoussait pour le jour. Elle lui dit : O Josèphe je t’ai aimé lorsque je ne Le connaissais pas encore (en parlant de Dieu).Mais lorsque je L’ai connu, Son Amour (m’a envahi) ne m’a laissé rien pour autre que Lui ! Jusqu’à ce qu’un jour Josèphe lui dit : « Dieu te demande cela et Me dit qu’Il viendrait de toi deux enfants qui seront deux Prophètes »…Elle obtempéra ensuite…
 
On rapporte que l’éminent maître Dhu An-noun l’égyptien (paix à son âme) entra à la Mosquée Sacrée (à la Mecque) et vit un jeune homme qui gisait nu et malade, il gémissait tristement. Dhu An-nun raconte alors : « je l’ai salué et je lui demandai qui es tu ? » il répondit : « un étranger amoureux », j’ai compris ce qu’il me dit et je lui répondis : « je suis comme toi », le jeune homme commença à pleurer, et je pleurai à cause de ses pleures. Il me dit alors : et toi aussi tu pleures, je dis : je suis comme toi. L’homme pleura alors plus fort jusqu’à perdre son âme (il mourut). Je lui ai mis mon vêtement pour le couvrir et je suis parti chercher un linceul…Lorsque je revins, je ne trouvai personne, je dis alors « Gloire à Dieu » (Subhâna llâh). C’est ainsi qu’une voix (hâtif) (venu du ciel) dit :« O Dhu An-nnun, cet étranger a été demandé par Satan dans la vie d’ici bas, mais il ne le trouva pas, puis il fut demandé par Mâlik (gardien de l’Enfer) et ce dernier ne le trouva point non plus, puis il fut demandé par Ridwân (gardien du Paradis) mais ne le trouva point non plus ». Je dis alors il est où ?! La voix répondit : « dans un séjour de vérité, auprès d'un Souverain Omnipotent» Sourate la Lune, verset 55. Et ce grâce à Son Amour, son obéissance, ses actes pieux et son repentir imminent. Zahr Ar-riyâd.
 
Pour aimer Dieu, il faut aimer Son Prophète Muhammad (paix et salut sur lui) et lui obéir et pour aimer le Prophète il faudra aimer sa noble famille : Le Prophète - que la Bénédiction et la Paix soient sur lui - a dit: 'Aimez Dieu pour Ses bienfaits sans fin, aimez moi pour l'Amour de Dieu, et aimez les gens de ma maison par Amour pour moi'. (Tradition, authentique selon les critères de Al-Bukhârî et Muslim, rapportée par At-tirmidhî, At-tabarâni, Al-Hâkim d'après Ibn 'Abbâs).
 
L'amour comporte quatre degrés : l'amour pour Dieu, qui est commencement, l'amour venant de Dieu, qui est parachèvement ; quant à l'amour en Dieu et l'amour par Dieu, ils occupent des positions intermédiaires. L'amour pour Dieu consiste en ce que tu Le préfères à tout ; l'amour en Dieu à ce que tu aimes celui qui Lui est proche ; l'amour par Dieu à ce que tu aimes qui Il aime et ce qu'Il aime, sans accorder d'importance à tes propos penchants ; l'amour venant de Dieu, quant à lui, est qu'Il t'arrache à toute chose pour que tu n'aimes que Lui. L'amour pour Dieu a pour indice l'invocation perpétuelle que tu fais de Lui, et celui de l'amour en Dieu est que tu aimes les hommes de bien qui ne t'apportent aucun profit matériel. L'amour par Dieu se traduit par l'extinction de tes appétits personnels sous l'action de la lumière divine, et l'amour venant de Dieu par le fait qu'Il t'attire à Lui et voile à tes yeux tout autre que Lui. L'Amour de Dieu a comme conséquence ultime l'Adoration pure ('ibâda khâlisa) pour Lui seul et de savourer le bonheur et le plaisir inégalé dans Sa proximité (Qurbihi) ; et passer de longues heures en Sa présence (fî hadratihi wa bayna yadayhi ) sans se lasser : ceci se traduit aussi par Son invocation (Dhikr) abondante et fréquente dans toutes les situations: Allah dit dans un hadîth qudsî: 'Je suis assis (en présence) avec celui qui M'invoque...' (anâ jalîsu man dhakaranî wa taharrakat bî shafatâhu)
L'Amour au sens arabe du terme comprend onze étapes allant de la relation (al-'alaqa) jusqu'à l'amitié intime(al-khulla) qui désigne l'amour pur et dévoué à l'aimé ou le fait que le coeur ne soit occupé par aucune autre chose si ce n'est l'Aimé. Parmi les autres termes (ou stations) citons selon le degré d'attachement de l'amant à l'aimé : -Al 'Alâqa (la relation) - Al hawâ (la passion amoureuse) - Al rharâm(l'amour qui incite à la reconnaissance comme s'il s'agissait d'un crédit : le désir ardent) - Al hubb(un amour qui pousse dans le coeur comme le grain dans la terre : la familiarité et la relation entre la terre et le grain fait allusion à cette station ) - Al 'Ishq (l'amour qui rend l'amant ravi et éblouit ou la spire d'amour) la spire d’amour est déchirement des « voiles » et dévoilement des « secrets ». - As sabâba( l'amour qui coule « yatasabbabu » du coeur ou encore l'affection vive) - Al sharhaf (l'amour qui s'est introduit au noyau du coeur « shighâf al-qalb» ) - Al widâd (l'attache et la liaison proche) - At tatayyum (le fait que l'aimé possède son amant jusqu'à la folie et la perte de conscience) - al huyâm (se noyer ou s'éteindre d'amour) - al wajd: L’extase (Al-wajd) est l’incapacité de l’esprit à contenir les flux de la spire d’amour lorsqu’il est envahi par la douceur de l’invocation de Dieu (Dhikr) : combien même on lui aurait coupé un membre, il ne sentira rien. - At-ta'abbud (l'adoration) - Al kholla (l'amour qui rend le coeur pur et dévoué à l'aimé ou le fait que le coeur ne soit infiltré (occupé) « lam yatakhallalhu » par aucune autre chose si ce n'est l'Aimé): station ultime, qui est spécifique au prophète Abraham et au prophète Sidna Mohammad (paix et bénédiction sur lui et sur sa descendance).
 
Mais l'Amour dans toutes ses stations reste avant tout le fruit de la grâce divine et de l'invocation abondante du Seigneur sous la guidance d'un maître spirituel réalisé. L'Amour se transmet du coeur d'un maître qui a déjà savouré les plaisirs de la proximité, au coeur du disciple prédisposé à recevoir cette grâce. L'amour est le fruit de toutes les stations et le ciment par lequel le maître réunit les coeurs des disciples malgré leurs différences physiques, culturelles et mentales.
C'est pourquoi le prophète compare dans ses enseignements les vrais croyants à une seule main ou au même corps qui souffre/solidaire si un de ses membres souffre.
Le prophète précise que tout acte pieux fait par le fidèle est limité dans le temps et l'espace et conditionné par l'intention, sauf l'Amour qui est au-delà de la piété et permet au disciple, entre deux battements de coeur, d'être parmi l'élite de l'élite en compagnie des prophètes dans les paradis les plus hauts. Il dit à un compagnon qui venait demander sa proximité au paradis alors qu'il savait que ses actes ne lui permettait pas une telle station : 'l'homme est avec celui qu'il aime'. Autrement dit: ' Si tu m'aimes, tu seras avec moi'. Ainsi, 'L'Amour est le diadème des oeuvres.'Il permet de voyager du temps des mortels vers le temps spirituel : c'est la bonne oeuvre qui dure dans le temps et l'espace et, qui est en réalité indépendante du temps et de l'espace.L'Amour rend les actes d'adorations et les pratiques spirituelles de tous les jours plus faciles (aisés) et de plus en plus apaisantes. Le fidèle souhaite être en permanence dans la proximité de son Seigneur par la prière, par l'invocation..., celle-ci n'est plus une charge, mais une nourriture de l'esprit qui ouvre l'accès aux stations de la foi et de la certitude. Le prophète, à chaque fois que l'heure de la prière arrivait, demandait à Bilal d'appeler à la prière en lui disant: O Bilal repose-nous avec la prière! Selon un hadith célèbre il dit aussi: '...la fraîcheur(l'éclat) de mes yeux est dans la prière rituelle'. L'amour est pour ainsi dire les deux ailes du disciple qui le charge d'énergie , une lumière qui éclaire son chemin pour parvenir à Son Amour: Car, en fait, l'essentiel ce n'est pas que tu L'aime mais qu'Il t'aime...
 
Si l'amour est indéfinissable quant à son essence, il a ses conditions et des signes : l'obéissance, la soumission au Seigneur, la servitude, la bonne parole, le bon comportement envers les créatures ‘de l'Aimé' (‘iyâlu Allah). Celui qui aime, ne voit que la beauté de son Aimé qui se manifeste en toute chose, que Sa miséricorde par laquelle Il concilie Ses créatures. L'amant aime sans conditions, sans attendre aucun retour, aucune contrepartie de l'Aimé. Et cet amour est manifesté par l'attachement à l'Aimé, et par le détachement de toute autre chose que Lui. C'est l'expression pure de la servitude : donner généreusement (de ce qu'on aime) sans attendre de récompense ou de retour, et donner aussi par reconnaissance (shukr) des faveurs de l'Aimé. Quant au fruit de l'amour, c'est d'être miséricordieux avec tous, de partager le bonheur et cette joie tout intérieure et permanente avec autrui: en allant vers Ses créatures on Lui est reconnaissant, et on pourra Le connaître et L'aimer. Et la loi divine exige que l'on communique ce qu'Il nous donne, ce qu'Il nous apprend de Vérité (de la meilleure façon), et Dieu est juste et miséricordieux... Allah dit dans le Coran: dans le verset 11 de la Sourate Ad-duhâ: 'Et quant au bienfait de ton Seigneur, proclame-le'.
 
L' amour ' est la dix-septième station spirituelle dans la liste de Kalâbâdhî (dans son Traité) tandis qu'il est considéré par Sarrâj (Kitâb al-Luma') comme un état spirituel. Sarrâj cite, débute sa démonstration, avec trois versets coraniques : - 'Dieu fera bientôt venir des hommes : Il les aimera, et eux L'aimeront.' ( Coran, V, 54 ) - '..Si vous aimez Dieu :suivez moi et Dieu vous aimera.' ( Coran, III, 31 ) - 'Ils les aiment comme on aime Dieu.' ( Coran, II, 165 )
Sarrâj souligne que dans le premier verset, Dieu a parlé d'abord de son amour pour les autres, tandis que dans les deuxième et troisième versets, Dieu a d'abord parlé de l'amour que les autres ont pour Lui, avant de parler de Son amour pour eux.
 
L'amour est défini par Sarrâj comme l'état spirituel du serviteur qui a vu les bienfaits que Dieu lui a donné, qui a eu une vision du coeur par laquelle il a compris que Dieu est proche de lui, qu'Il le protège, qu'Il a pour lui un amour pré-éternel, et qu'Il lui a prédestiné la foi et la droiture. Le serviteur a donc aimé Dieu pour toutes ces raisons. Et dans une expression plus poétique, ' l'amour est un feu dans la poitrine et le coeur des amants en est enflammé. Il brûle tout ce qui n'est pas divin et le transforme en cendres '.
 
Sarrâj divise l'amour envers Dieu en trois catégories :
 
- L'amour que le commun des croyants a pour Dieu est consécutif aux bienfaits que Dieu leur donne, et de la pitié qu'Il a pour eux, conformément à la tradition selon laquelle ' les coeurs ont la disposition naturelle d'aimer celui qui leur accorde des bienfaits et de détester celui qui leur fait du mal. ' Cette catégorie d'amour correspond à la définition de Samnûn qui consiste à dire que l'amour envers Dieu, c'est la pureté de l'amour et la persévérance dans l'invocation de Dieu. Car celui qui aime quelque chose en parle beaucoup.
 
- L'amour des Véridiques expérimentés ( al siddiqûn al-mutahaqqiqûn ) résulte d'une vision du coeur relative à la suffisance ( ghinâ' ), à la grandeur, à l'omniscience et à la puissance de Dieu. Cette catégorie est illustrée par la parole de al-Nûrî, selon laquelle l'amour, c'est le fait de déchirer les voiles ( hatk al-astâr ) et de divulguer les secrets ( kashf al-asrâr ). '
 
- L'amour des Véridiques gnostiques ( al-siddiqûn al-'arifûn ) est le résultat des visions et des connaissances gnostiques relatives à l'amour éternel de Dieu qui n'a pas de cause. C'est la raison pour laquelle leur amour pour Dieu n'a pas de cause. Il s'agit de l'amour pur dont parle Dhû al-Nûn : ' L'amour pur, c'est la sortie de l'amour du coeur et des membres, et lorsqu'il n'y a plus d'amour dans le coeur et dans les membres, toutes les choses existent désormais par Dieu ( billah ) et pour Dieu ( lillah ).
Celui qui prétend avoir ces trois choses sans s’être purifié de trois est un menteur : •Celui qui prétend avoir reçu la saveur (douceur) de l’invocation de Dieu (Dhikr) tout en étant amoureux (attaché à ) (de) ce bas monde ! •Celui qui prétend avoir l’amour de la pureté de l’intention(Ikhlâs) dans l’acte mais qu’il aime l’éloge (et la vénération) des gens pour lui ! •Celui qui prétend aimer son Créateur sans s’anéantir (s’oublier lui-même) : se détacher de ses propres passions.
 
Le Prophète (paix et salut sur lui) dit : « Il viendra un jour où les gens de ma communauté aimeront cinq choses et oublieront cinq : ils aimeront la vie d’ici bas et oublieront l’au-delà, ils aimeront l’argent (les biens) et oublieront le jugement, ils aimeront les créatures et oublieront le Créateur, ils aimeront les péchés et oublieront le repentir (Tawba) et ils aimeront les palais et oublieront le cimetière ». … Dieu nous dit dans le Coran : « le jour où ni les biens, ni les enfants ne seront d'aucune utilité, sauf celui qui vient à Dieu avec un cœur sain ». Sourate Les poètes, versets 88 et 89. … On raconte qu’il y avait un homme avare et hypocrite qui jura de divorcer de sa femme si elle donnait l’aumône, un jour un mendiant vint à sa porte et s’écria, o gens de cette maison, je vous demande par Dieu que vous me donniez quelque chose ! La femme lui donna alors trois pains. Le mendiant croisa l’homme hypocrite et ce dernier lui demanda : qui t’a donné ces pains ? Le mendiant lui indiqua la maison qu’il reconnu. De retour chez lui, il dit à sa femme : « n’ai-je pas juré que tu ne donneras point à personne ! » La femme répondit : « il a demandé par Dieu et je lui ai donné pour Dieu ». L’hypocrite mit le feu au four et vint retrouver sa femme : « debout femme et jettes- toi donc au feu pour Dieu ! ». La femme se leva et alla chercher ses bijoux. L’hypocrite s’exclame : « laisse les bijoux ». La femme répliqua : « Celui qui aime ne se fait pas t-il beau pour Son bien aimé, et moi je vais visiter mon Bien Aimé » et elle se jeta au feu. L’hypocrite referma le four et partit. Trois jours passèrent, l’hypocrite ouvra le four et trouva la femme saine et sauve par la Puissance d’Allah ! L’homme s’exclama et une voix lui dit alors : « Ne sais-tu pas que le Feu ne brûle pas Nos bien-aimés? »
 
On termine par cette histoire qui montre que l'Amour pour Allah est infini et indéfinissable: un jour, 'îsâ (Jésus) (paix sur lui) passant devant un jeune homme ce dernier lui demanda de prier Dieu pour lui pour avoir un atome d'amour de Dieu. Jésus lui répondit qu'il ne pourrait supporter un atome d'amour de Dieu. Le jeune lui demande alors un demi atome d'amour de Dieu. Jésus (paix sur lui) pria alors et le jeune receva ce qu'il voulut. Plus tard, Jésus repassa par le même endroit et demanda des nouvelles du jeune. On lui dit alors que ce jeune est devenu fou et qu'il partit dans les montagnes. Jésus demanda à Dieu de lui montrer ce jeune. Il le vit alors le visage vers le ciel... Jésus le salua, mais le jeune ne répondait pas...Allah révéla alors à Jésus: 'comment veux-tu qu'il te réponde alors qu'il a un demi atome d'amour pour Moi...même si on le coupe avec une scie il ne se rendra même pas compte...'
 
Par Tarik Abou Nour, 
 
Imam, Khatib, 
Porte parole du Charia Board du CIFIE (Comité Indépendant de Finance islamique en Europe), responsable du premier site de droit malikite francophoe: doctrine-malikite.fr
 

Ajouter un Commentaire

Les points de vues exprimés dans les commentaires reflètent ceux de leurs auteurs mais ne reflètent pas nécessairement le point de vue officiel de Yawatani.com qui, par conséquent, ne pourra en être tenu responsable.
De plus, Yawatani.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire qu'il jurera non approprié.


Code de sécurité
Rafraîchir

Ecouter la radioNewsletter

Horaires des prières

Pays:
Ville:
Autres options
Année:
Mois:
Latitude:
Longitude:
Time Zone:
DST:
Méthode:
Format heure:

Afficher le mois