Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad s’est réuni, mardi à Rabat, avec les instances dirigeantes des partis de l’opposition.

Cette réunion vient suite à la décision, lundi, des groupes parlementaires de l'opposition de se retirer de la réunion de la commission de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'habitat et de la politique de la ville à la chambre des représentants, indique, jeudi, un communiqué du ministère de l’Intérieur.

La réunion de cette commission était consacrée à l’examen du projet de loi organique relatif aux régions au cours de laquelle les groupes de l’opposition avaient demandé au gouvernement le report de l’examen et de la discussion des textes des lois organiques relatives aux élections en attendant de fournir des réponses claires sur les remarques que ces groupes avaient présentées concernant la méthodologie suivie par le gouvernement dans l’élaboration des lois et décrets relatifs aux élections.

Elle a été l’occasion d’examiner de manière exhaustive les différents aspects liés à l’opération électorale et d’écouter les observations, reproches et réserves avancées par les partis de l’opposition, poursuit le communiqué, faisant savoir que le ministre a, à cet égard, réaffirmé que la supervision des prochaines échéances électorales sera totalement assurée par l’autorité gouvernementale conformément au contenu du communiqué du Cabinet royal publié en octobre 2014.

Concernant les préparatifs devant favoriser les conditions idoines et garantir le bon déroulement des prochaines échéances dans un climat empreint de transparence et de concurrence politique conformément au texte et à l’esprit de la Constitution, Hassad s’est engagé à résoudre cette question dans les plus brefs délais.

Pour ce qui est des autres questions liées à l’agenda électoral et aux remarques relatives au système et à l’unité de la ville et des conseils d’arrondissements, ajoute le communiqué, le ministre s’est également engagé à poursuivre les concertations et de rester à l’écoute des différents partenaires politiques, particulièrement les partis de l’opposition parlementaire, en harmonie avec l’approche participative et l’interaction positive avec leurs remarques et propositions.

Menara