Ilan Berman, vice-président de l’«American Foreign Policy Council», a salué l’approche du Maroc en matière de déradicalisation et surtout la manière dont Rabat gère les jihadistes rapatriés des zones de conflit.

 

«Avec plus de 1.500 ressortissants marocains combattant en Irak et en Syrie, la question du retour des "rapatriés" islamistes est devenue une préoccupation majeure du Maroc», affirme Ilan Berman à la chaîne US «Al Hurra».

Dans son analyse, le vice-président de l’«American Foreign Policy Council» salue les stratégies adoptées par le royaume pour gérer ses jihadistes rapatriés depuis les zones de conflit en Syrie et en Irak essentiellement.

Il explique, dans ses déclarations à la chaîne US que les autorités de Rabat ont, d’une part, mis en place un «système» de prison parallèle conçu pour séparer les extrémistes islamistes des criminels «ordinaires», comprenez du droit commun.

Ilan Berman évoque également le grand chantier de la déradicalisation lancé au Maroc avec le programme «Moussalaha» (Réconciliation) mis en place pour réconcilier le prisonnier avec l’islam du juste milieu et la société en général.

Ilan Berman estime enfin que les succès «précieux» du Maroc dans la lutte contre l’extrémisme doivent être pris en compte par d’autres Etats de la région.

 

le360