Le gouvernement vient d’entamer la mise en œuvre de son programme de visites dans les différentes régions.

 

Ce cap sur les régions a pour objectif de faire le suivi des projets régionaux et provinciaux, d’en accélérer la réalisation et de renouer le contact avec les élus locaux.

«Si vous voulez régler le problème, il faut se rendre à Rabat.» Cette phrase, devenue une croyance populaire, notamment dans les zones enclavées, souvent évoquée par des responsables régionaux pour décliner leur responsabilité relative à des problèmes régionaux et renvoyer la balle à l’administration centrale à Rabat, ne sera plus invoquée dans le champ lexical de la nouvelle gouvernance.

C’est le chef du gouvernement, en personne, Saâd-Eddine El Othmani, qui a affirmé que son équipe gouvernementale mettra définitivement un terme à cette culture. Celle-ci, a-t-il martelé en mettant, vendredi, les pieds dans la région de Béni Mellal-Khénifra dans le cadre d’un programme ciblant toutes les régions du pays, cèdera la place à une nouvelle approche contractuelle entre l’Etat et les régions.

«Les ministres sont engagés de suivre les projets sur le terrain et de ne plus se contenter des rapports soulevés par leur délégation régionale», a souligné le chef de l’Exécutif, qui a conduit une délégation ministérielle, composée de plusieurs ministres et des patrons des offices publics, l’OCP, l’ONCF et l’ONEEP, dans la région de Béni Mellal-Khénifra, rapporte le quotidien Assabahdans son édition de ce week-end des 22 et 23 juillet.

Cette visite, qui sera suivie d’autres déplacements de l’équipe gouvernementale, s’inscrit dans le cadre d’un programme mis en œuvre sur instructions royales pour s’assurer de l’état d’avancement de la réalisation des différents projets lancés dans les régions, a encore précisé le chef du gouvernement.  Et d’ajouter que la nouvelle approche contractuelle entre l’Etat et les régions se basera sur l’écoute attentive des citoyens, leur participation et le lancement de projets, qui devront voir le jour avec un suivi régulier, et ne plus faire des promesses irréalisables.

le360