Après la démission du ministre des Affaires générales et de la gouvernance, Lahcen Daoudi, un large remaniement ministériel pourrait s’opérer.

 

Selon Assabah, le Chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, attend que la démission de Daoudi soit acceptée pour éjecter, après des consultations avec la majorité, certains noms au sein du gouvernement et les remplacer avec d’autres. Une décision qui aurait été prise directement après la réunion de crise tenue le 6 juin avec les dirigeants du PJD suite à la bourde de Daoudi qui a participé au sit-in des employés de Centrale Danone.

Par ailleurs, des dirigeants du parti de la Lampe, dont des ministres, font des pieds et des mains pour dissuader Daoudi de quitter le navire, l’appelant à revenir sur sa décision de démissionner tant qu’il est encore temps. Sauf que le ministre PJDiste a assuré que sa décision était irrévocable.

Le quotidien a d’ailleurs listé les noms pressentis pour remplacer Daoudi à la tête de ce ministère. Il s’agirait de Driss Skalli Adaoui, président de la commission de contrôle des finances publiques à la chambre des représentants, Saïd Khairoun, directeur général de la fondation des élus du PJD et expert-comptable et Abdellah Bouanou, maire de Meknès.

Rappelons que selon l’article 47 de la Constitution, « le roi peut, à son initiative, et après consultation du chef du gouvernement, mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement. Le chef du gouvernement peut demander au roi de mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement ».

lesiteinfo