Une exposition rétrospective en hommage à l'artiste-peintre Mohammed Chabâa aura lieu du 8 février au 24 mars à l'Espace Expressions de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) de Rabat. Le vernissage de l'exposition aura lieu ce jeudi 8 février à partir de 18 heures.

 

La galerie d’art Espace Expressions de la CDG abritera une exposition-hommage à Mohammed Chabâa du 8 février au 24 mars. Cet artiste-peintre est l’un des pionniers de l’art contemporain au Maroc. Son histoire a été jalonnée de plusieurs étapes phares dans le mouvement pictural marocain. Aux côtés de Belkahia et de Melehi, l’artiste était au centre du mouvement des années 60, appelé communément l’Ecole de Casablanca. Un mouvement, né dans l’enceinte de l’Ecole des beaux arts de la métropole qui était dirigée à l’époque par Farid Belkahia.

L’œuvre de Mohammed Chabâa est multiple. Pas un seul style pictural, mais plusieurs styles ont toujours caractérisé le travail de cet artiste né en 1935 à Tanger et décédé en 2013 à Casablanca, qui a laissé un patrimoine pictural et une réflexion riche. De tous les peintres marocains, Chabâa a été le premier à élaborer un discours sur la peinture moderne en tenant une chronique régulière dès les années 50 dans le quotidien arabophone Al Alam. Membre fondateur de l’Union des écrivains du Maroc, il a tenu des positions courageuses sur l’identité de la peinture marocaine dans la revue Souffles et a été virulent lorsqu’il s’est agi d’imposer une peinture qui se dégage des carcans d’un certain Maroc de l’après-protectorat.

Lauréat de l’Ecole des beaux arts de Tétouan, Mohammed Chabâa n’était pas simple artiste peintre se contentant de couleurs et de pinceaux. Sa force créative et picturale s'enracinent dans sa force intellectuelle. Grand lecteur, passionné de tous les arts, humaniste, théoricien et pédagogue, l’artiste peintre était aussi diplômé de l’Académie des beaux arts de Rome, section design d’intérieur, et avait plusieurs cordes à son arc. Durant sa période romaine, entre 1962 et 1964, son travail a été marqué par l’avant-garde européenne dans la peinture. Ses créations seront inspirées par la recherche d’une certaine forme de gestualité lyrique.

En 1968, Mohammed Chabâa fonde le Studio 400 à Casablanca, un atelier de design et d’aménagement intérieur qui changera de nom dès son expansion en 1974 pour devenir Studio Shine. Féru d’enseignement, il prendra en charge un atelier régulier d’arts plastiques à l’Ecole nationale d’architecture de Rabat entre 1982 et 2009. Il occupera également la fonction de directeur de l’Institut national des beaux arts de Tétouan entre 1994 et 1998.

Chabâa a été de tous les combats qui ont marqué notre peinture moderne. L’artiste a été décoré en 2008 du Wissam de l’ordre officier par le roi Mohammed VI et a reçu plusieurs distinctions, dont une décoration en 1991 de l’ordre de mérite de «commandatore» de la République italienne suite au travail réalisé à la mosquée de Rome avec des artisans marocains.

le360