Les premières équipes de Bombardier ont pris possession de l’usine de Casablanca début septembre 2014 et sont opérationnelles depuis octobre. Les deux tiers de cette usine de composants aéronautiques située sur la zone franche Midparc sont déjà occupés par les équipes et machines du constructeur canadien.

Elle tourne ! En dépit d'une inauguration officielle repoussée plusieurs fois, l'usine marocaine de composants aéronautiques du groupe Bombardierest, en effet, entrée en production en octobre, après sa livraison en septembre, comme le revèle L'Usine Nouvelle.

Annoncée fin 2011et confirmée en 2012, le site s’étend sur 9 000 m² sur un site qui couvre au total 14 000 m². Bombardier dispose également d’un second terrain viabilisé mitoyen, dans la perspective prochaine de deux extensions. Au total, le groupe aéronautique canadien a acheté 55 000 m² de terrains industriels au sein de la zone franche d'exportation Midparc, ouverte en 2013.

Ces emprises sont toutes situées tout au fond de la zone franche notamment parce que la hauteur de l’usine est exceptionnelle par rapport au reste des bâtiments industriels que prévoient  les gérants de Midparc. "Aujourd’hui, Bombardier n'a pas besoin de tout cet espace, mais il a fait ce choix dans la perspective de monter des pièces de fuselage bien plus grandes à l’avenir", explique à L'Usine Nouvelle Aref Hassani, directeur général de Midparc.

OCCUPER LES LOCAUX AVANT LA FIN DES TRAVAUX

Déjà depuis 2013, une centaine d’opérateurs travaillaient dans une usine relais conçue par Midparc pour accueillir les industriels qui ont signé un contrat de location ou d’achat de terrain en attendant la finalisation de leur usine.

"La grande problématique a été de permettre aux équipes de Bombardier d’occuper temporairement leurs locaux avant même que les travaux soient totalement achevés", nous confie Aref Hassani.

L’usine, mais aussi le foncier et le démarrage de l’activité, formation comprise, doivent générer au total un investissement de 200 millions de dollars américains sur huit ans. Bombardier a promis l’embauche de 850 salariés d’ici à 2020.

Un chantier qui été lancé et piloté dans sa phase initiale par la marocaine Souad Elmallem (photo), représentante en chef stratégie pour l’Afrique de Bombardier.

Quant à l'usine, elle produit des composants mécaniques et des sous-ensembles (bords d’attaque…) pour les ailes du Canadair regional jet (CRJ), un avion de ligne civil conçu par l'avionneur canadien pour le transport régional. Des opérations jusqu’ici réalisées notamment à Belfast.

L’annonce de la direction, faite jeudi 25 mars à Bloomberg, d’améliorer les avions régionaux CRJ est donc à priori une bonne nouvelle pour le sitemarocain.

La direction a reconnu à demi-mot s’être trop concentrée sur les CSeries, comportant le CS100 de 110 places et le CS300 de 135 places et dont la production a enregistré un très grand retard.

Dans ce contexte interne favorable au site, la rentabilisation de l’investissement exceptionnel de Bombardier dépendra notamment de la capacité de son management à gérer les conflits avec ses employés.

En décembre 2014, la presse marocaine rapportait que Bombardier Maroc avait dû faire face à sa première grèveaprès que plusieurs de ses ouvriers aient décidé de se syndiquer auprès de l'Union marocaine du travail (UMT).

Quant à l'inauguration en grande pompe de ce site majeur pour le développement de l'industrie aéronautique au Maroc (avec celui attendu d'Aerolia), elle devrait intervenir "entre le 15 avril et la fin mai" selon Bombardier, contacté par l'Usine Nouvelle début mars.

Usine nouvelle