A la grande surprise des analystes financiers, la banque centrale marocaine a maintenu inchangé son taux directeur à 2,5 %.

A en croire, Abdellatif Jouahri, qui a tenu son conseil trimestriel hier à Rabat. Le gouverneur de Bank Al Maghrib a indiqué que le Maroc peut tabler sur une croissance de 5%.

Le rationnel derrière cette décision n’est pas à démontrer. En effet, la conjoncture internationale actuelle est favorable et empêche des mécanismes d’inflation importée en raison de la reprise de croissance dans la zone Euro ainsi que la baisse des cours des produits énergétiques et, en premier lieu, le pétrole.

Au niveau national, la croissance devrait s’établir à 5% en 2015 sous l’effet positif d’une campagne agricole prometteuse conjugué à la poursuite de l’amélioration des activités non agricoles.

Concernant les comptes extérieurs, le déficit commercial tend à s’alléger grâce à la baisse des importations, en repli de 15%, en raison de la réduction de la facture énergétique. Ceci se rajoute à une amélioration non négligeable des exportations, de l’ordre de 8%, traduisant l’impact positif d’une amélioration des expéditions des phosphates et dérivés, de la construction automobile et des industries alimentaires.             

En somme, la situation économique se porte bien et laisse escompter tant d’espoirs, ce qui va favoriser, par la même, la croissance des Investissements Directs à l’Etranger en provenance d’investisseurs en quête de territoires à fort potentiel économique et qui jouissent, à l’image du royaume, d’une stabilité politique indéniable.

ME,

Yawatani