L'enceinte portuaire subit actuellement les dernières retouches en vue de sa mise en service imminente.

 

C’est la dernière ligne droite avant la mise en service de Tanger Med II. Le chantier subit les dernières retouches avant sa finalisation.


Dans son édition du lundi 27 mai, l’Economiste rapporte que les travaux restants concernent les bâtiments administratifs. TM2SA, société en charge de l’aménagement de cette extension du port de Tanger Med, vient de lancer l’appel d’offres relatif à la mise en place de ces bâtiments. Ils s’étendront, selon la publication, sur 2700 m2 et accueilleront dès leur entrée en service les sièges des différents services du port, comme le pilotage, la capitainerie et la maintenance. L’investissement global à ce niveau est estimé à 20 millions de dirhams.


Pour ce qui est des quais, ajoute l’Economiste, celui d’APM est quasi finalisé. Il est long de 1200 m et dispose de 12 grues ultramodernes dont les dernières ont été livrées en décembre dernier. De même, le port a récemment reçu l’équipement de camions et de cavaliers destinés à la manutention des conteneurs sur quai. Cette disposition, fait remarquer la même source, permettra à APM d’avoir une grande flexibilité en terme de gestion de son quai à partir d’un centre de pilotage qui jouera le rôle de QG pour le commandement de l’ensemble du quai, des grues et des cavaliers. Ceci n’est pas sans intérêt puisque la gestion de cette manière assurera des gains de temps précieux dans le contexte actuel où les capacités des porte-conteneurs grandissent continuellement.

Certes, Tanger Med II peut aisément d’accueillir les plus grands bateaux, sa capacité étant d’environ 22.000 conteneurs. Cependant, avec des grues traditionnelles, les temps d’escale risquent d’être longs. C’est pourquoi on a opté pour des grues dernières générations qui peuvent traiter une moyenne de 40 conteneurs par heure car elles peuvent réaliser deux opérations simultanément. C’est dire que rien n’a été laissé au hasard dans cette enceinte portuaire qui devrait renforcer le rôle du Maroc en temps que hub mondial du commerce maritime.

 

le360