Les résidents et les journalistes ont souffert de légers maux de tête et de sensations d’ivresse après avoir été exposés à la fumée de 3,3 tonnes de marijuana brûlées par la police de Palmerah dans l’ouest de Jakarta ce mercredi.

Kompas.com a indiqué que la fumée s’est propagée de la cour des maisons jusqu’aux résidences environnantes. Les policiers portaient des masques de protection, mais la population locale et les journalistes couvrant l'événement n’en portaient pas. «J’ai ressenti des maux de tête et j’étais pris de vertiges parce que je ne portais pas de masque», a déclaré Deden, l'un des résidents. Deden a ajouté que l'odeur acide de la marijuana était trop forte et le faisait se sentir étourdi.

Lorsque la police a mis le feu à la cachette, la fumée s’est élevée avant d'être dispersée par le vent dans le quartier. La police a également détruit 1,8 kg de méthamphétamine en cristaux et 2538 pilules d'ecstasy en les mélangeant.

Eh oui, la police avait négligé les possibles effets secondaires de l'opération.

yawatani.com